Vote à l'unanimité de la reconnaissance du "Covid-Long"

Publié le 10/05/2021 dans

À l'Assemblée

Le 17 février dernier, après de longs mois de travail législatif, passait en hémicycle la proposition de résolution que je portais pour la reconnaissance et l’accompagnement des patients atteints de Covid-Long.

Moi-même atteinte, ce texte me tenait à cœur bien au-delà de mon expérience personnelle, aussi douloureuse fût-elle. En effet, au cours de ces mois de préparation, d’élaboration technique et politique du texte, j’ai eu l’occasion de parler à de très nombreux patients, qui m’ont confiée à quel point leurs vies ont pu être affectées par cette maladie.

À travers mon parcours, c’est celui de tous ces patients que j’ai raconté à la tribune de l’Assemblée nationale, avec une grande émotion. L’adoption de ce texte à l’unanimité est un grand motif de fierté, mais aussi d’espoir pour tous ces patients.

Il convient désormais de passer à l’étape supérieure, en apportant notamment les moyens pour la recherche de vaincre ce Covid-Long !

 Vous pouvez trouver ci-dessous l'intégralité du texte que j'ai prononcé devant l'Assemblée nationale le 17 février 2021, ainsi que la vidéo de mon discours :

https://www.youtube.com/watch?v=nvom5ovdbMc&t=21s

« Monsieur le président,

Monsieur le ministre,

Chers collègues,

Dans le brouillard que traverse notre pays, nous, députés, avons la responsabilité de guider le navire national à bon port.

Parmi les écueils qui se dressent face à nous, cette pandémie est un rocher acéré aux mille facettes. Nous ne devons oublier aucun aspect de ce virus. Aucune victime. Aucune forme de souffrance.

Souvent décrié pour sa lourdeur, notre Etat demeure pourtant un bouclier inoxydable face aux dangers quotidiens de la vie d’une Nation. Il doit aujourd’hui plus que jamais être présent aux côtés de chacun.

Sous l’impulsion du Président de la République, l’action de l’Etat a permis et permet encore de tenir bon, face à une crise qui en a déjà fait vaciller plus d’un.

Le soutien économique inédit qu’il prodigue depuis des mois au chevet de nos entreprises en détresse permet d’encaisser une part importante du choc que nous subissons.

La réaction des services de l’Etat et de ses administrations permet à notre système de santé de subsister, et à tous nos soignants de s’illustrer quotidiennement dans ce combat acharné.

Désormais, bien que la tempête se poursuive, le temps est venu de relever les yeux vers l’humain ; de porter notre regard au-delà du drame et de l’immédiat : de relever la tête.

Car il est des souffrances silencieuses, des douleurs qui se taisent, et qui pourtant rongent les corps et les âmes d’un grand nombre de nos concitoyens.

La Covid est une maladie terrible, violente, dangereuse, nous en avons fait collectivement l’apprentissage douloureux. Le message que je porte devant vous aujourd’hui avec mon collègue Julien Borowczyk, ainsi que l’ensemble des députés des trois groupes de la majorité et les cosignataires, est celui du Covid-long.

Notre réflexion en ce sens est le fruit de tous les échanges que nous avons pu avoir avec les acteurs concernés. Tant de patients, tant de médecins, tant de scientifiques nous ont accompagnés dans ce parcours législatif.

Ils ont mis chacun un peu d’eux-mêmes dans ce texte, et je les en remercie.

De longs mois après avoir été contaminés, des enfants, des adultes, subissent encore des affections cardiaques, articulaires, respiratoires, neurologiques, et psychologiques.

Ces handicaps sont aggravés encore par le manque actuel de connaissance et de reconnaissance de cette nouvelle maladie.

Le soutien de la société toute entière est essentiel pour permettre à ces patients de sortir de cette épreuve.

Le soutien de la communauté scientifique est également fondamental pour leur permettre ne serait-ce que de comprendre ce dont ils souffrent.

J’ai moi-même vécu ces tourments.

J’ai vécu ce silence étouffant des chambres d’hôpital cloisonnées pour les malades de la Covid.

J’ai vécu ces heures et ces jours interminables où l’on se demande si le soleil se lèvera encore.

J’ai vécu ces moments où le souvenir de nos proches semble s’éloigner sans que l’on n’ait pu leur dire « au revoir » ou « je t’aime ».

Comme beaucoup, heureusement, j’en suis sortie vivante. Vivante mais pas indemne.

De mes nuits et de mon corps encore brisés jaillit pourtant une volonté : celle de voir ces souffrances qu’endurent tant et tant de nos concitoyens enfin reconnues.

Une volonté de garantir à tous les patients atteints de ce Covid-long un parcours de soins structuré et adapté, avec l’appui de la communauté scientifique et médicale. Pour répondre au sentiment d’errance que vivent aujourd’hui les patients, nous devons aiguiller les professionnels de santé dans leur travail quotidien.

Une volonté, aussi, de permettre une plus large reconnaissance de la maladie professionnelle pour celles et ceux qui ont été contaminés alors qu’ils contribuaient à maintenir notre pays à flots.

Cette volonté, c’est celle de voir l’humain revenir au cœur de notre action et de nos pensées.

Pour cela, avec mon collègue Julien Borowczyk, et avec tous les patients atteints de Covid-long, nous avons besoin de votre soutien !

Au-delà même de cet hémicycle, j’invite chaque citoyen à se joindre à nous pour que plus jamais ces patients ne souffrent seuls !

Vous aussi, chers collègues, rejoignez-nous dans ce combat qui en vaut tant la peine !

Rejoignez-nous, quelle que soit votre couleur politique, soyons à la hauteur de tous ceux qui comptent sur nous, car ce virus ne vote pas, il brise, il tue ! »

Articles associés
À l'Assemblée

Reconnaissance des harkis

21/09 /2021
À l'Assemblée

Loi de Programmation Militaire - Mon discours du 22 juin 2021

25/06 /2021
À l'Assemblée

Réformes législatives & textes adoptés : mobilisation pour plus d’…

10/10 /2020