BU3R0643

A l’aube du XXIème siècle, l’odeur du monde a changé. Les défis auxquels nous sommes confrontés sont inédits : face à ces problèmes nouveaux, de nouvelles façons de faire et d’être sont nécessaires. Vouloir solutionner les problèmes nouveaux avec des méthodes anciennes et qui, en plus, ne marchent pas, est une erreur. Pire, c’est une faute. Les bouleversements majeurs que nous connaissons nous obligent à redoubler d’effort et d’ingéniosité pour affronter le monde qui vient : notre devoir et notre responsabilité est de continuer à oeuvrer pour la paix

Une modeste fille de rapatriés issue du quartier du Lemasson

L’ascenseur social existe en France : j’en suis la preuve. Fille de rapatriés d’Algérie, j’ai grandi à Montpellier, dans le quartier du Lemasson. Très tôt, j’ai senti l’impérieux besoin d’agir et de faire. À cette époque, être une fille pouvait arrêter des vocations : au contraire, cela ne m’a jamais freiné. Avant d’entrer dans le monde du travail, j’ai joué au football et j’y ai remporté quelques succès !  Après une formation d’esthétique, j’ai commencé à travailler à l’âge de dix-huit ans avant d’ouvrir ma parfumerie quatre ans plus tard : cela m’a confronté très jeune aux responsabilités que rencontrent les artisans et les petits patrons

Par la suite, j’ai décidé de faire une formation de secrétariat afin de travailler pour les services administratifs de la ville de Montpellier, et ainsi consacrer davantage de temps à ma famille

Ce qui fut déterminant, c’est la rencontre avec un homme qui a profondément marqué Montpellier et le sud de la France : cet homme, c’est Georges Frêche. Inspirant, il me fit comprendre l’importance d’une vision pour le territoire, et le sens à donner à l’action publique dans le territoire. Cet homme hissât Montpellier au rang des plus grandes de France, grâce à une ténacité et à un contact permanent avec les citoyens

L’engagement au service des montpelliérains

Après le décès de Georges Frêche, Montpellier semblait orpheline de vision et de sens. C’est alors que j’ai rencontré Philippe Saurel, en 2012 ; j’ai immédiatement compris la vision qu’il portait pour Montpellier, et j’ai décidé de m’engager à ses côtés. La liste de Philippe Saurel était une première en France : c’était une liste de citoyens ! Pas de professionnels de la politique, pas de caciques des partis. Mais des citoyens, de sensibilité divers gauche et écologiste, déterminés à agir de concert pour changer les choses. En 2014, au terme d’une campagne rude et intense, j’ai eu l’honneur d’être nommée septième adjointe chargée de la solidarité et de la cohésion sociale. Montpellier est la seule grande ville de France a avoir massivement voté pour des citoyens non engagés dans des partis politiques !


J’ai décidé de poursuivre mon engagement au service des citoyens et je me suis présenté lors des élections départementales de 2015. J’ai été élue en binôme avec Philippe Sorez pour le canton de Montpellier-4. J’ai donc démissionné de mon mandat d’adjointe à la mairie de Montpellier afin de respecter la règle du non-cumul des mandats. Aujourd’hui, c’est ma suppléante Manare Khali qui occupe ce siège et qui continue le travail que nous avons commencé

 

” Tout le monde nous disait que c’était impossible, mais ils ne connaissaient pas la France ! “

La forte défiance à l’égard des partis traditionnels de l’ancien monde nécessite une profonde transformation de nos institutions et de nos pratiques. Nous ressentons cela depuis plusieurs années : sur le terrain, dans nos associations, dans nos échanges, dans nos actions. Aussi, lorsqu’Emmanuel Macron a proposé aux français son mouvement, ni de gauche, ni de droite, j’ai profondément ressenti l’avènement d’un nouveau monde : le temps des citoyens était arrivé

Si j’ai été sensible à l’appel d’Emmanuel Macron, c’est aussi car j’ai eu la chance de participer à la campagne municipale de Montpellier en 2014, aux côtés de Philippe Saurel. Des similitudes existent : il faut remettre les citoyens au centre de la République, au sein d’un projet de société global prenant pour norme l’avenir


L’honneur de devenir députée de la Nation

Les françaises et les français ont exprimé massivement leur adhésion à la vision portée par Emmanuel Macron, vision fondée sur des transformations nécessaires et courageuses, rompant ainsi avec l’immobilisme. Ceci ne saurait aller sans un dépassement des clivages politiques, pour aller vers plus de bon sens dans l’action publique

Lors des élections législatives qui suivirent l’élection présidentielle, j’ai eu la charge, dans la première circonscription de l’Hérault, sous l’étiquette LREM, d’être la candidate désignée par Emmanuel Macron pour porter le projet présidentiel à l’Assemblée nationale. Le 18 juin 2017, j’ai été élue députée avec 65,7 % des voix au second tour, face au Front national

Inlassablement, je m’évertue aujourd’hui à exercer mon mandat à l’Assemblée nationale et en circonscription, pour transformer notre pays. Issue de la société civile, j’incarne ce nouveau souffle exprimé par le renouvellement de la vie publique : je connais les problèmes rencontrés par mes concitoyens, je n’appartiens pas à cette caste d’élus hors-sol, déconnectés de la réalité.

Ma mission consiste à porter ce projet de renouveau sur lequel vous m’avez élue, en y intégrant les spécificités de notre territoire, composé de tant de diversité et de tant de talents.

Je crois dans le projet porté par Emmanuel Macron pour la France et l’Europe, et resterai fidèle à mes convictions

Je souhaite que mon parcours singulier puisse servir, non pas de modèle, mais d’exemple : oui, en France, lorsque l’on travaille dur, on peut prétendre atteindre des fonctions élevées. Oui, en France, lorsque l’on est fidèle à ses idées, on est récompensé. Oui, en France, il est possible de réussir, la Nation nous aidant à nous accomplir. Plus que jamais, nous portons une responsabilité, pour nos enfants, pour nos aînés, pour notre pays, de réussir la transformation de la France et de l’Europe

Vous me trouverez toujours à vos côtés pour défendre les valeurs de la République, la liberté, la justice

Fidèlement

Patricia Mirallès